SOCIéTé  |    

Bénin : Magouilles dans la passation des marchés publics

Par Wilfrid Noubadan - 18/08/2014

Le syndicat du ministère des Transports lève le ton

 

Entouré du Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (Sg/Csa), Dieudonné Lokossou et du président de l’Ong Alcrer, Martin Assogba, le Syndicat national des travailleurs de l’administration des transports et des travaux publics (Syntra-Ttp) est monté au créneau mercredi 13 août 2014, pour dénoncer les magouilles dans les passations des marchés publics. La réalisation du lot 3 du Projet de réhabilitation de la route Akassato-Bohicon est en danger. Les travaux de construction d’un double dalot sur la route Guéné-Karimama également. La réhabilitation de la route Parakou-Djougou, et le bitumage des routes structurantes Comè-Lokossa Dogbo, Savalou- Tchetti, et Djrègbé-Owodé sont carrément mal partis. Selon les explications fournies par Marcel Kindoho et Jacques Ayadji respectivement Sg, et Sg/a du Syntra-Ttp mercredi, à la salle de conférence du ministère des Transports à Cotonou, de grosses malversations s’organisent dans chacun de ces dossiers. Au niveau de la réhabilitation de la route Akassato-Bohicon, c’est la partie chinoise, avec la complicité de l’Etat béninois, qui est au cœur du scandale.

 


© Droits réservés
Le Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin, Dieudonné Lokossou

Entre autres forfaitures, l’Ambassadeur chinois, vient d’obtenir à hauteur de 6,9 milliards de francs Cfa, le financement de l’étude de la voie. C’est un cas palpable de surfacturation, dénonce Jacques Ayadji, car avec l’aide de l’Union européenne, une entreprise béninoise est prête à réaliser la même étude avec 300 millions de francs Cfa. Au sujet des travaux de construction d’un double dalot sur la route Guéré-Karimama, poursuivent les conférenciers, la Cellule de contrôle des marchés publics du ministère des Transports (Ccmp), « use du dilatoire pour imposer une entreprise qui ne dispose pas du minimum requis pour la réalisation des travaux ». A les en croire, cette entreprise que le Ccmp tente d’imposer ne dispose même pas de 50 % du matériel minimum requis, ni d’une bétonnière et pelle mécanique, alors qu’elle veut construire un dalot en béton armé. La même entreprise, Ebomaf, est au cœur du scandale qui se prépare dans le dossier de réhabilitation et de renforcement des lots 1 et 2 de la route Parakou-Djougou. Ici, le lot 2 a été normalement attribué à l’entreprise Sogea-Satom. C’est au niveau du lot 1, le plus important où près de 37 milliards de francs Cfa sont en jeu, qu’un jeu flou et peu orthodoxe s’organise selon les dires des conférenciers.

 
MOTS CLES :  Bénin   Magouilles   Ministère   Transports   Lokossou 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Soirée Saint Valentin Sous le signe de Cupidon à Torcy
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuBenin.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués