FOOTBALL   |     AUTRES SPORTS  |    

Envoyé au Bénin pour créer un championnat de football

Par Julien Coquet, www.lanouvellerepublique.fr - 03/03/2014

Pascal Pichon revient du Bénin. Pendant deux semaines, il a entraîné de jeunes footballeurs de la province de Bassila, avec l’espoir d’y lancer un championnat.

 

Pascal Pichon, 58 ans, vient d'y passer deux semaines. Pas question de vacances pour le Chinonais : s'il a quitté les bords de Vienne pour l'Afrique occidentale, c'est pour y chausser les crampons et entraîner les jeunes footballeurs béninois de la province de Bassila, à la frontière togolaise. « Ils jouent bien au football, mais ne parviennent pas à se structurer ni à organiser un championnat », présente-t-il. La faute notamment aux guerres intestines que se livrent les villages, qui rendent les rencontres impossibles. Alors Pascal Pichon s'est fixé pour objectif de mettre sur pied un calendrier de rencontres. Une feuille de route soutenue par l'ONG Interaction Bénin (fondée par les parents de Flora Coquerel, Miss France 2014), qui a rendu possible le déplacement de « coach Pascal » au pays de Stéphane Sessègnon (*). « Mais le roi, là-bas, c'est Messi », précise-t-il. Une première pour le quinquagénaire, ancien adjoint au préparateur physique du Tours Football-club. Si Pascal Pichon préside aujourd'hui aux destinées de l'Interclub-futsal chinonais, cinq mois de son année sont occupés à l'entraînement d'une équipe d'amateurs à Saint-Pierre-et-Miquelon. Autant dire que voyager ne lui fait pas peur.

 


© lanouvellerepublique.fr
Pascal Pichon au Bénin

" Heureux d'avoir des chaussures "
A Aledjo, village situé « à quatorze heures de car de la capitale Cotonou », il a apporté médicaments, jeux de maillots, chaussures et savoir-faire. « Pour eux, c'était la fête », se souvient-il, marqué par ses quinze jours passés dans cet « autre monde » à entraîner près de 500 jeunes. Alors que les limites des terrains sont marquées par des cailloux, que les buts sont bricolés en bois et que l'essentiel des joueurs évoluent pieds nus, Pascal Pichon a tenté d'apporter un peu d'organisation. « Ils étaient heureux d'avoir des chaussures pour jouer. Ils démarraient les entraînements avec mais finissaient sans », sourit-il. Qu'importe, le Chinonais a presque réussi son pari. Les contours d'un championnat provincial à quatre équipes ont été esquissés, reste aux clubs à suivre. « Ce serait bien que cela démarre au plus vite, car en juin, avec l'arrivée de la saison des pluies, ce sera trop tard », envisage celui que les Béninois ont rebaptisé « Mourinho », du nom de l'entraîneur portugais du Real Madrid.

D'ici là, un court séjour au Bénin figure déjà à l'agenda de l'entraîneur. Et il se pourrait que dans ses valises, une galante surprise s'y invite.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Soirée Saint Valentin Sous le signe de Cupidon à Torcy
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuBenin.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués