NATIONALE  |     INTERNATIONALE  |    

Marche des forces de l’opposition à Porto-Novo

Par Le Matinal - 11/12/2014

Impressions de quelques personnalités après la marche

 

Affo Djobo : « …Yayi Boni ne peut pas rester sourd… »
« Vous avez vu la marée humaine qui est sortie aujourd’hui dans les rues de Porto-Novo ? Je peux vous assurer que demain ( ce jour Ndlr) à Cotonou, ce sera plus impressionnant. Face à tout ceci, Yayi Boni ne peut pas rester sourd à l’appel de son peuple parce que notre démocratie est mise à mal. Notre économie est mise à mal. L’Etat ne doit être mis à mal. Si aujourd’hui, le peuple béninois se décide à manifester comme il est en train de le faire, et comme il va encore le faire demain (ce jour Ndlr), il est très impérieux que le chef de l’Etat marque une pause pour, enfin, écouter son peuple. Parce que c’est la voix du peuple qui est ici aujourd’hui. Il faut qu’il arrête d’écouter ses sbires parce que ces derniers ne seront pas comptables demain face au peuple. N’importe comment, le peuple va demander des comptes. A travers la marche, nous réclamons d’abord les élections (communales, municipales et locales) suivies des élections législatives et les élections présidentielles. Si au moins les législatives et la présidentielle peuvent être organisées à bonne date, je crois que ce serait gagné pour lui. Parce que ce qui se passe aujourd’hui n’est pas bon. La démocratie, nous l’avons acquise chèrement. Le président de la République et son gouvernement doivent savoir raison garder pour, enfin, organiser les élections. Il faut mettre les moyens qu’il faut à la disposition du Cos-Lépi et, que le Cos-Lépi se prenne au sérieux, pour que nous ayons une liste fiable et consensuelle pour les trois échéances qui nous attendent."

 


© Droits réservés
Une marche de la la Coalition Arc-en-Ciel (AEC), très courrue

Adidjatou Mathys : « Yayi Boni avait un plan… »
« Nous avons marché pour réclamer l’organisation des élections au président Yayi Boni et pour lui dire que le peuple béninois est un peuple pacifique et non un mouton de panurge. Parce que la question de l’organisation des élections est devenue aujourd’hui un clair-sombre pour les Béninois et, bien malin celui-là qui peut dire, aujourd’hui, à quelle date précise les différentes élections vont être organisées. Le président Yayi Boni de mon point de vue, avait derrière la tête un plan que nous sommes en train de découvrir. Sinon, il devrait rapidement faire adopter en Conseil des ministres le budget du Cos-Lépi. Il devrait, enfin, faire établir, avec le ministère de l’Economie et des Finances, le plan de décaissement des fonds du Cos-Lépi. Le Cos-Lépi n’a pas tôt réagi pour informer l’opinion publique des difficultés qu’il rencontrait avec le gouvernement et s’est fait piéger. Il endosse la responsabilité aujourd’hui. Nous demandons au président de la République de tout mettre en œuvre, même si c’est par une baguette magique, pour que nous puissions parvenir à l’organisation des élections à bonne date et dans l’ordre. Le 6 avril 2016, nous voulons avoir un président de la République, un président qui aime réellement le Bénin, défend ses intérêts dans la sérénité, qui va repenser l’unité nationale et le développement tant attendu par le peuple béninois. Je dirai à Yayi Boni que le peuple fâché peut aller loin et très loin."

 

Me Djogbénou : « Les populations ne veulent pas qu’on abuse d’elles »
« Les populations sont réveillées. Elles sont debout et elles réclament une seule chose. Le mot qui a été entendu au cours de cette marche, ce sont les élections. C’est la protection, la préservation de notre expérience démocratique. C’est la preuve que chacun veut un avenir meilleur. Le passé, nous le savons, il est difficile. Il est douloureux, surtout ces dix dernières années. Mais, le futur doit être rayonnant. Je pense que c’est le souci de chacune et de chacun des manifestants qui ont marché. Je voudrais saluer l’organisation du Parti du renouveau démocratique. Je voudrais saluer la présence de tous les autres partis, la présence des militants des autres partis, la présence des citoyens qui ne sont d’aucun parti. La présence des dames, des jeunes, des hommes, des vieux est à saluer. Evidemment, quand il s’agit de ce qui nous lie au Bénin, je pense que tous les efforts sont nécessaires. Les gens ont consacré ce jour pour le Bénin. Je veux espérer que le chef de l’Etat a entendu ce qui a été dit dans la marche. Le Bénin est un pays pacifique qui tient à son expérience démocratique, qui tient à l’Etat de droit. Mais, les populations ne souhaitent pas qu’on abuse d’elles. »
Sanni Ibatou Glèlè : « Nous avons démontré ce que nous représentons »
« …Nous venons d’effectuer un long trajet, vous l’avez constatez avec nous. Vous aviez vu la forte mobilisation des femmes ! Nous venons de démontrer ce que nous représentons. Vous aviez dit 25 % des femmes et je crois que vous le voyez avec vos yeux… »

 
MOTS CLES :  Marche   Forces   Opposition   Porto-novo   Impressions 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Soirée Saint Valentin Sous le signe de Cupidon à Torcy
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuBenin.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués