SOCIéTé  |    

Le virus du tilapia perturbe le marché du poisson au Bénin

Par sciencesetavenir.fr - 04/10/2017

A l’embarcadère de Djassin de Porto Novo, les poissonnières se plaignent que "le tilapia n’arrive plus sur les étalages depuis quelques jours".

 

Le Bénin a interdit partiellement l'importation de ce poisson très populaire, au grand dam des consommateurs et des sociétés du port de Cotonou.

Le gouvernement, pour des raisons sanitaires, a décidé de suspendre "l'importation par les voies terrestres, maritimes, aériennes et fluviales de poisson tilapia" en provenance de cinq grands pays d'exportation: l’Equateur, la Colombie, l’Egypte, Israël et la Thaïlande.
Cette nouvelle mesure, mise en place depuis près d'un mois, survient après une alerte lancée par la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), mettant en garde contre le virus TiLV, hautement contagieux.

"Si l’agent pathogène ne pose pas de risques pour la santé publique, il peut néanmoins décimer les populations (de poissons) infectées", note le communiqué de la FAO.

En 2015, la production mondiale de tilapias issus de l’aquaculture et des captures s’élevait à 6,4 millions de tonnes et valait environ 9,8 milliards de dollars, tandis que le commerce mondial de tilapias représentait environ 1,8 milliard de dollars, selon la FAO.

"Les tilapias sont la deuxième plus importante espèce aquacole en termes de source de nourriture, d'emplois, de revenus domestiques et de revenus liés à l’importation, et ce, pour des millions de personnes, y compris les petits exploitants", poursuit l'agence de l'ONU.
Cette sorte de carpe cultivée dans les eaux douces ou saumâtres et très bon marché, est un aliment de base dans de nombreux pays africains. Mais la filière est régulièrement entachée de scandales sanitaires.

 


© Droits réservés

Coup dur
Depuis la dernière alerte de la FAO, trois pays, grands consommateurs et producteurs (la RDC, le Bénin, et dernièrement la Côte d'Ivoire), ont interdit toute importation de ce poisson provenant des pays infectés.

La nouvelle a été un coup dur pour les sociétés importatrices de poissons, qui souffrent déjà de la récession du voisin nigérian - marché de 180 millions d'habitants - et des mesures de protectionnisme économique drastiques du président Muhammadu Buhari mises en place en 2016.

Au Bénin, le risque que "le virus ne contamine le tilapia produit" localement était trop important, selon le gouvernement: le secteur de la pisciculture locale emploie en effet plusieurs milliers de personnes.

Au port de Cotonou, le poumon économique du Bénin, des cargaisons entières de tilapias congelés attendent de recevoir le feu vert des douanes.
Une employé d'une compagnie leader de la distribution de produits agro-alimentaires confie à l'AFP qu'elle craint "de se retrouver à la rue avec cette mesure", comme cela a été le cas pour plusieurs de ses collègues.

"La situation est pénible", a-t-elle expliqué, sous couvert de l'anonymat. "Cela nous fait des manques à gagner et de l’argent en moins."

 
MOTS CLES :  Virus   Tilapia   Poisson   Bénin 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Soirée Saint Valentin Sous le signe de Cupidon à Torcy
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JournalDuBenin.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués